Création d'une nouvelle approche de cartographie des cours d'eau du Québec forestier par le traitement automatisé de données massives géospatiales à haute résolution produites par lidar

Source : FQRNT (Fonds de recherche du Québec – Nature et technologies)
Programme : Projet de recherche en équipe
Période : 2020-2023
Chercheur(s) du centre impliqué(s):
  • Thierry Badard
  • Éric Guilbert
Résumé :
Le Québec a lancé récemment un programme d'acquisition de données géospatiales à très haute résolution par technologie lidar couvrant tout le Québec méridional. Cette source de données permet de produire une information beaucoup plus précise et complète sur la hauteur de la canopée, la pente du terrain et la présence de chemins et de cours d'eau. Cette donnée a donc une valeur économique importante pour la gestion des ressources naturelles et les opérations forestières. Elle commence à être utilisée pour créer une cartographie des cours d'eau avec une précision et une exactitude inégalées. Cependant, les méthodes existantes, développées pour traiter des photos aériennes ne sont plus adaptées à des volumes de données de plusieurs centaines de téraoctets. Ces méthodes requièrent de découper l'espace en tuiles et d'effectuer des approximations pour calculer les cours d'eau. De ce fait, des interventions manuelles arbitraires sont toujours requises pour corriger les erreurs et raccorder les cours d'eau entre les tuiles afin de reconstituer les écoulements à l'intérieur d'un bassin versant. Afin de traiter l'ensemble des données collectées, ces interventions manuelles doivent être limitées voire supprimées. L'automatisation du processus permettrait de garantir la qualité du résultat final et, en évitant le tuilage, de traiter des bassins versants complets sans découpage. Pour ce faire, nous suggérons une approche innovante afin de modéliser le terrain par une triangulation bâtie sur les points lidar au sol directement rendant le tuilage et l'interpolation non nécessaires et de modéliser les cours d'eau à partir des talwegs pour éviter les prétraitements sur le terrain et les raccordements manuels de cours d'eau.