Inukshuk City: vers un modèle Canadien de ville intelligente

Source : Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH)
Programme : Subventions Savoir
Période : 2019-2023
Chercheur(s) du centre impliqué(s):
  • Stéphane Roche
Résumé :
La ville intelligente - smart city - s'impose aujourd'hui comme la solution privilégiée par les territoires urbains pour faire face aux enjeux démographiques, économiques, sociaux, environnementaux... auxquels ils sont confrontés. Pourtant, entre l'optimisation technologique des infrastructures de génie urbain, le développement d'une économie de « start-up » ou les sirènes de la gouvernance urbaine par les données, il est difficile pour les municipalités canadiennes de s'y retrouver. Cette programmation de recherche vise dans un premier temps à dégager une synthèse des modèles de villes intelligentes développées au Canada, en exploitant en particulier, les données produites par les quelques 150 communautés candidates au « Défi des villes intelligentes » lancé par Infrastructure Canada au début de l'année 2017. Plus spécifiquement, les travaux proposés ici visent à éclairer les définitions entourant le concept de smart city et d'intelligence urbaine, les objectifs mis en avant par les villes candidates, ainsi que les métriques utilisées pour en évaluer la portée et l'atteinte de leur projet. Un observatoire cartographique des villes intelligentes canadiennes permettra d'organiser, d'analyser et de diffuser ces connaissances. La programmation de recherche consiste ensuite à développer (le préciser et en valider la pertinence) un modèle de ville intelligente juste, éthique et humaniste, adapté à la situation canadienne (Inukshuk City), centré sur l'ouverture, l'intelligence urbaine, l'apprentissage, l'inclusion et la résilience. La métaphore de l'Inukshuk n'est pas ici un effet de style. Dans la société en réseaux du XXIème siècle, les villes constituent des noeuds de communication et d'échanges, en même temps que des repères géographiques significatifs stables auxquels s'identifie plus volontiers la population. Finalement, la programmation de recherche propose les éléments d'une méthode de design de projet de ville intelligente (et de son évaluation : métriques) repenser autour de l'engagement spatial des citoyens. En plus de contribuer à former du personnellement hautement qualifié dans un domaine de pointe, la programmation de recherche proposée contribuera à positionner de manière stratégique l'écosystème canadien des « smart cities » (villes, sociétés d'aménagement, entreprise de technologies de l'information, bureau de génie conseil en ingénierie urbaine, etc.) sur la scène internationale, dans un marché des villes et territoires intelligents, dont la croissante annuelle est évaluée à 13% et la valeur estimée pour 2020 est de 1,4 trillions $US. Ce faisant et compte tenu de la nature du positionnement conceptuel et des objectifs poursuivis, le programme proposé ici favorisera surtout le porté-à-connaissance des enjeux éthiques et sociaux des villes intelligentes vers les communautés locales et les citoyens, et ainsi contribuera à la litératie numérique des canadiennes et des canadiens.